À propos de moi

Mon parcours

Je m'appelle Marion de Bastos, je suis cavalière de CSO depuis mes 10ans. Ayant vécu avec des chiens et chats depuis toujours, j'ai été sensibilisé depuis petite au bien-être animal. Cela a été renforcé par l'apprentissage quotidien que m'a apporté ma mère, vétérinaire équin. 

J'ai toujours été attirée par le soin, et le fait de travailler avec les animaux. L'ostéopathie s'est donc présentée à moi comme une évidence très rapidement. 

Ayant évolué en concours de CSO très régulièrement, j'ai pu me rendre compte des contraintes liées à l'exercice du cheval et de son cavalier. J'ai moi-même fait appel à des ostéopathes très régulièrement pour mes chevaux, mais aussi pour moi. Voir l'évolution de mes animaux, mais aussi la mienne, m'a permis de me rendre compte de l'efficacité de cette médecine ainsi que ses bienfaits.  

En entrant en formation en septembre 2015 à l'école NIAO, mes connaissances étaient plus développées dans le monde équestre, que je connaissais depuis petite. Mais très vite, je me suis découvert une réelle envie de travailler avec tous les animaux, voyant les vertus que cela apportait à chaque animal quelque soit leur âge et leur activité, et quelque soit l'espèce. C'est donc dés ma première année, et suite à une passion depuis petite pour la faune sauvage, que j'ai décidé de réaliser mon mémoire sur ceux-ci. Ce n'était pas qu'une envie de travailler avec ces animaux, mais aussi de vouloir sortir de ma zone de confort, et de découvrir d'autres milieux animaliers.

J'ai donc réalisé mon mémoire sur Les champs d'actions de l'ostéopathie sur les animaux sauvages en parc zoologique et refuge. Grâce à ce mémoire, j'ai eu l'occasion de travailler avec plusieurs parcs et refuges, comme l'association Caresse de Tigre, la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, et le Zoo de Fréjus, avec lesquels je travaille aujourd'hui encore.

Ces expériences diverses m'ont appris énormément, non seulement sur la faune sauvage en elle-même, mais aussi sur mon approche de l'animal quelqu'il soit, qui s'en est retrouvée vraiment modifiée. En effet, la contention de ces animaux étant presque impossible pour certaines espèces, cela m'a appris à toujours trouver des solutions et des techniques respectueuses et appréciées de l'animal, afin de minimiser la contrainte. Cela m'a permis de ne plus voir la contention comme une méthode de "facilité" même quand l'animal n'aime pas ce qu'on lui fait, mais de toujours trouver un moyen d'arriver à soigner dans la douceur, la compréhension et le respect.

Cette approche est d'un réel bénéfice, notamment chez les animaux comme les chiens ou chats, qui n'ont, pour la plupart, pas l'habitude d'avoir une contention comme celle-ci, notamment chez les animaux stressés ou maltraités.

press to zoom

press to zoom

press to zoom