Rechercher
  • Marion DE BASTOS

Chevaux mutilés : pourquoi appeler l'ostéopathe pour votre animal suite à un tel traumatisme ?

Depuis plusieurs mois, de nombreux animaux sont attaqués et mutilés par des personnes ignobles...

Nos équidés sont en danger, et certains ont vécus un épisode très traumatisant lors de leur attaque.


Au delà de la souffrance physique, la souffrance morale, elle aussi a une place importante dans ces événements.

En premier lieu, la venue du vétérinaire est primordiale, afin de constater les lésions physiques de l'animal, et de les soigner.


Mais pourquoi est-il intéressant d'appeler un ostéopathe animalier une fois le vétérinaire passé ?


  • La cicatrisation

Source : https://www.elsevier.com/fr-fr/connect/ifsiinfirmier/plaies,-cicatrisation-et-pansements

Les lésions réalisées par l'agresseur de l'animal peuvent être très profondes, nécessitant la plupart du temps des points de sutures. La cicatrisation de ce genre de plaies, pourra rencontrer plusieurs problématiques : durée de cicatrisation plus ou moins longue, qualité plus ou moins bonne (adhérence, souplesse, taille...).

L'ostéopathie permettra un meilleur apport sanguin, ainsi qu'une meilleure innervation, qui permettra à la plaie de cicatriser dans de bonnes conditions, ainsi qu'à la cicatrice d'être plus souple et donc moins gênante pour l'animal.


  • Les douleurs / compensations


Image réalisée par Marion-osteoanimaux

Plusieurs facteurs peuvent entraîner des douleurs à l'animal suite à ce traumatisme.

Tout d'abord, lors de l'agression en elle-même, l'animal a pu se débattre, fuir, et surtout paniquer. Ces divers points ont pu entraîner des contractures, pouvant aller jusqu'aux déchirures musculaires dans les cas les plus graves.

Ces différents états ont pu créer des douleurs / gênes ainsi que des restrictions de mobilité, notamment au niveau des zones emmagasinant généralement le plus de tensions, par exemple :

Crâne, nuque, zone du thorax : sternum, garrot, diaphragme, charnières : C0C1, C7T1, T18L1, lombo-sacrée.

Les muscles de l'encolure, des lombaires et des postérieurs peuvent aussi être sujets aux contractures.

Les sciatiques pourront être douloureux, dû à la restriction de mobilité éventuelle du sacrum qui peut venir pincer ceux-ci, mais aussi à l'effort important.

Douleurs ligamentaires / tendineuses : au niveau des membres mais aussi du ligament nuchal, supra-épineux, et sacro-sciatique.


  • Le stress

Suite à un évènement comme celui-ci, le stress de l'animal peut être très important. Les dysfonctions ostéopathiques qui découlent de ce traumatisme, vont venir entretenir le phénomène.

En ostéopathie, on ne pourra pas supprimer la cause du stress, mais il sera possible de briser l'engrenage qui entretient ce stress. Comme par exemple :

Agir sur le système nerveux central et donc sur l’équilibre sympathique/para sympathique

Lever les dysfonctions pouvant sur solliciter les ganglions sympathiques, ce qui diminuera l’état de stress et de tension

Améliorer les troubles digestifs qui découlent de ce stress

Travailler sur les tensions, les contractures musculaires, et les dysfonctions ostéoarticulaires qui peuvent en découler


  • Le traumatisme psychologique

Image réalisée par Marion-osteoanimaux

L'ostéopathie a une approche globale et prend donc en compte tout le corps de l'animal ainsi que toutes ses problématiques.

Certaines parties du corps, les organes et viscères notamment, agissent comme des "filtres" pour les émotions. Mais, lorsqu'une émotion est trop importante, ou trop brutale, elle peut venir s'inscrire dans les tissus, et ainsi créer une rétention d'énergie. En médecine chinoise, chaque organe - viscère, est assimilé à une émotion.

Image réalisée par Marion-osteoanimaux

Ainsi, en ostéopathie, on pourra retrouver des restrictions de mobilité au niveau de ces différents organes, en lien avec une émotion vécue mais non digérée, ou refoulée.

La normalisation de ces zones, pourra permettre à l'animal de passer au delà de ces émotions, et ainsi d'aller mieux sur le plan mental. Mais aussi, comme pour les autres zones du corps, cela permettra de prévenir certaines pathologies, en rétablissant un bon équilibre, ainsi qu'une bonne vascularisation / innervation.



Cas clinique

(Pas de nom ni de photo pour ce cas afin de préserver sa sécurité, ainsi que pour ses propriétaires)

  • Présentation

On m'a présenté une ponette de 12ans, qui vit au pré l'été et pré / box l'hiver.

Elle a été victime d'une attaque à l'arme blanche une nuit, qui lui a valu une entaille assez profonde au niveau du grasset gauche. Le vétérinaire est passé et a constaté l'utilisation d'une arme au vu de la coupure nette, ainsi que l'absence de danger dans le pré. Elle n'a pas pu, pendant plusieurs jours, poser le membre incriminé au vu de la douleur et de l'oedème présent.

  • Motif de consultation

On m'a appelé pour voir la jument en ostéopathie 15 jours après cette attaque, une fois la plaie cicatrisée et les fils retirés. Le but était de réaliser un bilan avant la reprise du travail, pour voir si elle présentait d'éventuelles douleurs/compensations, mais aussi aider au niveau du stress. En effet, depuis elle est très anxieuse, et certaines personnes ont beaucoup de mal à établir un contact avec elle ; Elle a quelquefois des réactions inappropriées aux situations (bruits... etc.).

  • Examen clinique

Ce jour là, elle présentait des sensibilités au niveau de :

La 3ème et de la 4ème cervicale

La 15ème thoracique jusqu'au sacrum

Les sciatiques notamment à gauche

Les tendons fléchisseurs superficiels étaient eux aussi anormalement sensibles

La cicatrice au niveau du grasset n'était pas douloureuse, mais était adhérente

  • Examen dynamique

En dynamique, elle présentait de légères irrégularités du postérieur gauche et de l'antérieur droit ; Ainsi qu'une latéroflexion gauche du bassin.

  • Examen ostéopathique

Image réalisée par Marion-osteoanimaux

En ostéopathie, elle présentait des restrictions de mobilité qui ont été normalisées via différentes techniques, au niveau de :

  • La SSB (Symphyse Sphéno-Basilaire)

  • C3C4 (articulation entre la 3ème et la 4ème cervicale)

  • T6 (6ème thoracique : garrot)

  • Diaphragme (muscle de la respiration)

  • Poumon gauche (dysfonction avec une cause émotionnelle)

  • Sternum

  • Sacrum

La jument présentait aussi des contractures au niveau des muscles erector spinae, grand dorsal et fessiers.

Un travail au niveau de la cicatrice en elle-même a aussi été réalisée afin d'aider les tissus à récupérer une bonne mobilité.

  • Conclusion du cas

Dans le cas de cette ponette, son traumatisme a eu plusieurs conséquences d'ordre physique, mais aussi morale. Au début de la séance, elle était sur l'oeil, très stressée. On avait l'impression qu'elle ne respirait presque pas, avec un mouvement respiratoire de très faible amplitude, ainsi que des pauses dans la respiration.

A la fin de la séance, grâce à l'harmonisation globale du corps, ainsi qu'au travail émotionnel sur le choc vécu, la jument était beaucoup plus détendue et respirait normalement.

12 jours après la séance, le retour des propriétaires est qu'ils trouvent la jument plus sereine, et qu'elle déborde d'énergie, même si certaines personnes lui font toujours peur. Les propriétaires ont eu aussi des clés pour rassurer la jument, ce qui l'aide vraiment !

La rééducation pour une remise au travail normal sera longue, le temps que la jument se remette de ses émotions, et que son corps puisse aussi re fonctionner normalement.

Les propriétaires, suite à la séance, ont fait appel à Elisa Laville Spectacle Equestre, afin de travailler la remise en confiance de la jument dans le bon sens.


Conclusion


On peut donc envisager l'ostéopathie comme une médecine extrêmement intéressante et bénéfique dans ce genre de cas, qui va permettre de repartir sur des bases saines que ce soit au niveau corporel ou moral. En effet, un cheval en douleur en lien avec cette agression, en plus du stress de l'évènement, pourra avoir d'autant plus de réactions disproportionnées si à la peur sont ajoutées des douleurs.

Mais aussi, proposer un protocole de rééducation adaptée aux douleurs, ainsi qu'à la démarche du cheval pourra guider et aider le propriétaire, et ne pourra qu'améliorer la récupération de l'animal.

69 vues0 commentaire